France Boisvert


Par titre | Par auteur | Réverbération | Réflexion | Prise deux | Carnets d’écrivains | Recherche

Romancière, nouvellière et poète, France Boisvert enseigne le français et la littérature depuis bientôt trente ans. Elle a publié récemment deux recueils de nouvelles, Un vernis de culture (Prix littéraire des enseignants AQPF-ANEL 2013) et Vies parallèles (2014). Dans Professeur de paragraphe, elle relate les tribulations d’un collègue fictif aux prises avec des problèmes réels dont l’ensemble défie l’imagination.




France Boisvert, Professeur de paragraphe, roman, collection « Réverbération », novembre 2017, 164 p., 25 $. ISBN : 978-2-89763-046-1 (édition papier) • 978-2-89763-047-8 (édition numérique PDF).

Pour marquer le cinquantième anniversaire de la création des cégeps, France Boisvert publie ce roman caustique dans lequel un professeur de littérature dérape dans un pays qui s’enfonce.

Oui, depuis des années, Maurice Lecamp s’ingénie à enseigner la littérature à des cégépiens qui s’intéressent plus à leur cellulaire qu’à l’histoire et à la géographie. Pour survivre, il a choisi de se concentrer sur le paragraphe d’une dissertation portant sur un grand classique, comme l’exige le devis ministériel prescrit par les mandarins évoluant dans les tours de verre de la capitale nationale. Ce professeur pense qu’ici plus qu’ailleurs la littérature est une matière qui se délite au fur et à mesure qu’on la décrit, alors qu’au même moment, la langue s’efface dans une société hyperconnectée communiquant par émoticônes. Cela dit, parce qu’il est plus résistant que résiliant, Maurice Lecamp persiste et signe, mais pour combien de temps ? Voilà qu’il ne supporte plus les exceptions confirmant la règle et que sa femme Janou, linguiste, s’est engagée dans une réforme de l’orthographe. Leur mariage bat de l’aile et sa carrière tombe en chute libre. Parmi ses élèves, il ne compte plus les cas qu’il finit par éviter en inventant. Un jour, il gaffe. Mis au pied du mur, persistera-t-il au coeur de l’institution ou quittera-t-il le métier ? C’est ce que nous verrons en le suivant dans les montagnes russes de ses approximations.



France Boisvert, Vies parallèles, nouvelles, collection « Réverbération », février 2014, 174 p., 24 $. ISBN : 978-2-924186-42-8 (édition papier) • 978-2-924186-43-5 (édition numérique).

« À l’injonction “Soyez spontané !”, je réponds “Présente !” et je m’en vais. De toute manière, la vraie vie est ailleurs. Ne me reste qu’à la retrouver puisqu’elle se déplace constamment. Rien n’est simple sur cette planète. » (Extrait tiré de la nouvelle « Générique »)

Quand, adolescente, France découvrit la poésie d’Arthur Rimbaud, elle en fut éblouie. Cela dit, une des lettres que le jeune poète avait écrites à Georges Izambard, son professeur, la plongea en des abîmes de perplexité. À son maître, l’élève disait que Je est un autre. Qu’avait-il bien voulu dire ? Et puis, le temps a passé. France enseigne la littérature depuis plus de vingt-cinq ans. Or, elle est toujours hantée par cette « autre » qui l’habite silencieusement. Elle a pensé que la seule manière d’élucider ce mystère était de se lancer dans l’écriture de sa propre vie. Alors, le cerveau en feu, France a fictionné des épisodes marquants de son existence, qui est aussi celle de l’« autre ».








Site optimisé pour Safari 5.0, Firefox 5.0 et Explorer 9.0. Également optimisé pour une résolution de 1680 par 1050.