Ce feu si lent de l’exil


Par titre | Par auteur | Réverbération | Réflexion | Prise deux | Carnets d’écrivains | Recherche

Daniel Castillo Durante, Ce feu si lent de l’exil, roman, collection « Prise deux » (réédition en format compact), décembre 2015, 276 p., 18 $. ISBN : 978-2-924186-98-5 (édition papier) • 978-2-924186-99-2 (édition numérique).

« Pourquoi suis-je restée avec lui ? Pourquoi ne pas l’avoir chassé de chez moi avant qu’il ne fût trop tard ? […] Pourquoi avoir accepté de venir avec lui dans ce pays où les gens fonctionnent avec des radars que rien dans ma culture ne me permet de détecter ? »

Nés au Québec, Frédéric et Catherine résident à Paris où ils vivent une relation passionnée mais houleuse. Or, voilà que l’offre inattendue d’un emploi bien rémunéré de la part d’un riche cousin dont l’entreprise se trouve à Buenos Aires vient tout chambouler. Sans connaître la nature exacte du travail qui attend Frédéric, le couple part s’installer dans la capitale de l’Argentine, un pays où la violence sociale mettra leur amour à rude épreuve. Qu’est-ce qui pousse un homme à chercher compulsivement à saboter sa relation amoureuse, comme si l’idée de perdre l’être aimé et de le reconquérir constituait la part la plus excitante de l’amour ?

D’origine argentine, Daniel Castillo Durante a publié six essais, cinq romans et deux recueils de nouvelles. Il a été lauréat du prix Victor-Barbeau 1995 de l’Académie des lettres du Québec (Du stéréotype à la littérature, essai), du prix littéraire Le Droit 1999 (Les foires du Pacifique, roman), du prix Trillium 2007 (La passion des nomades, roman) et finaliste au Prix des lecteurs de Radio-Canada 2012 (Le silence obscène des miroirs, roman). Il est membre de la Société royale du Canada.








Site optimisé pour Safari 5.0, Firefox 5.0 et Explorer 9.0. Également optimisé pour une résolution de 1680 par 1050.