La gare


Par titre | Par auteur | Réverbération | Réflexion | Prise deux | Carnets d’écrivains | Recherche

Sergio Kokis, La gare, roman, collection « Prise deux », novembre 2010, 200 p., 14 $, ISBN : 978-2-923844-08-4 (édition papier) • 978-2-923844-18-3 (édition numérique).

Prix France-Québec 2006, prix des lecteurs

Cauchemar ou renaissance ?
Les réflexions de Kokis sur la condition humaine captivent le lecteur — comme toujours — tout au long de ce récit plein de suspense flirtant avec le roman policier.


Un train dévié de la ligne principale en raison d’un éboulement fait un arrêt, sans que l’on sache pourquoi, à la gare désaffectée d’un bled perdu dans la steppe. Adrian descend du train pour acheter du tabac et aller aux toilettes ; quand il en ressort, le train est parti et il est seul sur le quai. Peu à peu il réalise qu’il ne pourra pas repartir et qu’il est captif de ce village isolé, lugubre, misérable, dont les quelques habitants sont bizarres et douteux.

Extrait
« Je me demande ce qu’un train comme le vôtre faisait là, et cela m’inquiète […]. Mais avec les trains, des étrangers peuvent venir troubler notre paix à Voksal.
[…]
Je me suis trompé de place pour un petit moment, mais je sais que c’est passager. Une fois ressorti de ce trou, je serai toujours Adrian Traum, ingénieur dans l’usine de mon beau-père à S., et ce cauchemar aura cessé. Je ne penserai plus jamais aux pauvres culs-terreux de cette bourgade en ruine.
[…]
Une gare, dit le vieux, est un lieu de passage. […] Sauf pour un cheminot comme moi, il ne viendrait à l’esprit de personne d’habiter une gare. Le cheminot lui-même y est de passage, puisque son travail est de voyager et de garder ouvertes les voies pour d’autres voyageurs. Souvenez-vous du batelier qui emmène les âmes des morts dans le fleuve de l’oubli. Le cheminot est une sorte de passeur comme lui, toujours en mouvement pour garder le flux des existences en errance. »

Sergio Kokis est né à Rio de Janeiro en 1944 et vit à Montréal depuis plus de quarante ans. Il a fait de la langue française son outil d’expression littéraire. Oscillant entre deux passions — il est aussi artiste peintre —, Kokis s’est laissé fasciner par la narration et a écrit vingt-quatre livres depuis ses débuts comme écrivain en 1994. Parmi ses œuvres les plus connues, soulignons Le pavillon des miroirs, L’art du maquillage, Le magicien et La gare, qui lui ont valu des prix prestigieux. Plus récemment, Kokis a été finaliste au Prix du Gouverneur général du Conseil des arts du Canada 2013 pour son recueil de nouvelles Culs-de-sac. Nombre de ses livres ont été traduits en plusieurs langues.








Site optimisé pour Safari 5.0, Firefox 5.0 et Explorer 9.0. Également optimisé pour une résolution de 1680 par 1050.