La mort est un coucher de soleil


Par titre | Par auteur | Réverbération | Réflexion | Prise deux | Carnets d’écrivains | Recherche

Claude-Emmanuelle Yance, La mort est un coucher de soleil, roman, collection « Réverbération », février 2013, 142 p., 23 $. ISBN : 978-2-924186-16-9 (édition papier) • 978-2-924186-17-6 (édition numérique PDF).

Un roman, à la fois grave et lumineux, porté par une grande force d’écriture.

« J’ai encore le téléphone dans la main. Alexis a pris sa vie et je ne sais rien de plus. Où ? Quand ? Comment ? Je garde le pourquoi à distance, comme si la question était indécente. »

Une correctrice de manuscrits vient d’apprendre que son technicien en informatique a mis fin à ses jours. Les mots « Alexis a pris sa vie » ont ouvert une brèche dans son coeur. Bouleversée par cette mort, elle entreprend des recherches pour trouver les raisons qui ont pu conduire ce jeune père de trente-huit ans — le fils qu’elle aurait pu avoir — à accomplir un acte aussi brutal.

La mort est un coucher de soleil, premier roman de Claude-Emmanuelle Yance, pose des questions auxquelles tout être humain fera face à un moment ou à un autre de son existence. Pourquoi on meurt, pourquoi on vit ? Est-il plus digne de se laisser vivre jusqu’à la fin que de choisir la mort ? Pourquoi y a-t-il tellement de gens vivants en apparence et morts à l’intérieur ? Et surtout, est-il vrai que ce qui est mort ne porte pas de fruits ?

Claude-Emmanuelle Yance a choisi Québec pour vivre et écrire. Cages, son troisième recueil de nouvelles publié en 2011, constituait un retour à la littérature après un long détour dans les métiers de l’édition. Mourir comme un chat lui a valu le prix Adrienne-Choquette en 1987. Après La mort est un coucher de soleil, paru chez Lévesque éditeur en 2013, elle nous offre un deuxième roman, L’île au Canot.








Site optimisé pour Safari 5.0, Firefox 5.0 et Explorer 9.0. Également optimisé pour une résolution de 1680 par 1050.