Le retour de Lorenzo Sánchez


Par titre | Par auteur | Réverbération | Réflexion | Prise deux | Carnets d’écrivains | Recherche

Sergio Kokis, Le retour de Lorenzo Sánchez, roman, collection « Prise deux », novembre 2010, 392 p., 18 $, ISBN : 978-2-923844-09-1 (édition papier) • 978-2-923844-19-0 (édition numérique).

Un retour au pays natal
Le retour est brutal : la découverte de terribles secrets de famille au cours de ce voyage dans le passé sera une douloureuse descente vers la vérité.


Ayant pris sa retraite parce que son poste de professeur de dessin anatomique aux Beaux-Arts a été aboli, Lorenzo Sánchez, peintre d’origine chilienne vivant au Québec depuis trente ans, reçoit un appel de son frère, avec qui il est sans contact depuis des décennies, l’informant qu’il a hérité de la maison de vacances de la famille. L’occasion est belle pour renouer avec les siens et revoir la terre natale après tant d’années d’exil : Lorenzo part donc pour le Chili. Le retour au pays est brutal : la découverte de terribles secrets de famille au cours de ce voyage dans le passé sera une douloureuse descente vers la vérité.

Extrait
« Curieux, mon vieux… Toute cette agitation, comme s’il s’agissait vraiment d’un voyage distinct de ceux du passé. Tu es déjà parti tant de fois, pour des mois entiers, et cela te paraissait alors bien plus simple. Qu’est-ce que ce voyage-ci a de si différent des autres pour te laisser dans cet état d’agitation ? Serait-ce que tu ne comptes pas revenir ici ? Attention, vieux, souviens-toi des paroles d’Isidore et mets un frein à tes attentes pour ne pas te casser la figure. Ce n’est qu’une visite touristique, tu y vas en étranger tout en gardant intacte ta vie d’ici. Oublie pour le moment tes fantaisies d’incendie libérateur, car tu ignores ce que tu retrouveras là-bas. Ne brûle pas tes bateaux, puisque tu auras peut-être envie de revenir plus vite que tu ne le penses. Dans la vie, Lorenzo, il suffit d’un seul exil ; tu as déjà passé l’âge des retrouvailles avec Calypso ou avec Pénélope. »

Sergio Kokis est né à Rio de Janeiro en 1944 et vit à Montréal depuis plus de quarante ans. Il a fait de la langue française son outil d’expression littéraire. Oscillant entre deux passions — il est aussi artiste peintre —, Kokis s’est laissé fasciner par la narration et a écrit vingt-quatre livres depuis ses débuts comme écrivain en 1994. Parmi ses œuvres les plus connues, soulignons Le pavillon des miroirs, L’art du maquillage, Le magicien et La gare, qui lui ont valu des prix prestigieux. Plus récemment, Kokis a été finaliste au Prix du Gouverneur général du Conseil des arts du Canada 2013 pour son recueil de nouvelles Culs-de-sac. Nombre de ses livres ont été traduits en plusieurs langues.








Site optimisé pour Safari 5.0, Firefox 5.0 et Explorer 9.0. Également optimisé pour une résolution de 1680 par 1050.