Le scandale de la tour byzantine


Par titre | Par auteur | Réverbération | Réflexion | Prise deux | Carnets d’écrivains | Recherche

Gagnon, Pierre-Louis, Le scandale de la tour byzantine, roman, collection « Réverbération », novembre 2014, 222 p., 25 $. ISBN : 978-2-924186-64-0 (édition papier) • 978-2-924186-65-7 (édition numérique).

Incarcéré à Cadix pendant la guerre civile espagnole alors qu’il œuvre pour la Croix-Rouge auprès des républicains, Serge Régnier est finalement libéré et quitte la péninsule ibérique dans des conditions difficiles.

Jeune homosexuel aux amours contrariées, il rentre chez lui à Québec au cours de l’année 1937. Il retrouve son pays en pleine ébullition : adoption de la loi du cadenas par laquelle Maurice Duplessis veut « protéger » la province contre la propagande communiste, omniprésence de l’Église catholique et montée de l’antisémitisme que promeut le parti fasciste d’Adrien Arcand.

Correspondant parlementaire au Devoir, puis reporter au quotidien Le Soleil, Serge se voit confronté à un scandale majeur qui menace sa famille. Son père, professeur de droit à l’Université Laval, et son oncle, missionnaire catholique en Angola, sont alors projetés sous les feux de la rampe à la suite de scabreuses révélations qui feront éclater de douloureux secrets.

Ce roman plein de suspense, dont l’action se déroule au cours de l’effervescente période des années d’avant-guerre, avec en toile de fond l’affrontement des services secrets de la Grande-Bretagne et de la Russie soviétique, flirte indéniablement avec le thriller politique.

Né à Québec, Pierre-Louis Gagnon a publié chez Lévesque éditeur en 2012 son premier roman, Le testament de Maïakovski, et en 2014, Le scandale de la tour byzantine. Ce « jeune auteur » nous offre cette année son troisième ouvrage dont le personnage principal est toujours Serge Régnier.








Site optimisé pour Safari 5.0, Firefox 5.0 et Explorer 9.0. Également optimisé pour une résolution de 1680 par 1050.