Les amants de l’Alfama


Par titre | Par auteur | Réverbération | Réflexion | Prise deux | Carnets d’écrivains | Recherche

Sergio Kokis, Les amants de l’Alfama, roman, collection « Prise deux », novembre 2012, 202 p., 14 $. ISBN : 978-2-924186-06-0 (édition papier) • 978-2-924186-07-7 (édition numérique).

L’amour et la mort dans le Lisbonne du Fado

« Il arriva presque sans le souffle à cause de la longue course et la demanda. La patronne de la pension de famille Ao Fado Cinzento lui répondit :
— Mlle Matilda est partie ce matin. Avec ses valises, en direction de l’aéroport.
Il se borna à la regarder en silence, visiblement saisi par cette nouvelle mais pas très surpris.
— Sans autre explication, continua la patronne. Elle a réglé sa note et est partie…
— Pas de lettre pour moi ? demanda-t-il d’une voix rauque.
— Non, monsieur Joaquim; elle n’a rien laissé. […]
Il demanda des détails, le regard perdu en direction de la fenêtre.
— Oui, monsieur Joaquim, elle paraissait très bouleversée. Hier soir, je l’ai vue pleurer, et je crois qu’elle a passé une partie de la nuit debout, à fumer. Son cendrier était plein ce matin quand je suis allée faire sa chambre. Sans aucune explication, sinon qu’elle devait partir immédiatement, qu’il le fallait. Que ce n’était pas la peine de lui réserver la chambre pour son retour. […]
Il hésita, comme s’il était contrarié par une idée quelconque qui lui passait par l’esprit, mais garda le silence tout en restant planté là, devant la réception de la pension.
Je repartirai quand tu ne voudras plus de moi. »

« Les amants de l’Alfama est une merveilleuse métaphore sur les choix que l’on fait durant une existence ou que la vie fait pour nous. » (Jean-François Cépeau, Le Canada français)

Sergio Kokis est né à Rio de Janeiro en 1944 et vit à Montréal depuis plus de quarante ans. Il a fait de la langue française son outil d’expression littéraire. Oscillant entre deux passions — il est aussi artiste peintre —, Kokis s’est laissé fasciner par la narration et a écrit vingt-trois livres depuis ses débuts comme écrivain en 1994. Parmi ses oeuvres les plus connues, soulignons Le pavillon des miroirs, L’art du maquillage, Le magicien et La gare, qui lui ont valu des prix prestigieux. Plus récemment, Kokis a été finaliste au Prix du Gouverneur général du Conseil des arts du Canada 2013 pour son recueil de nouvelles Culs-de-sac. Nombre de ses livres ont été traduits en plusieurs langues.








Site optimisé pour Safari 5.0, Firefox 5.0 et Explorer 9.0. Également optimisé pour une résolution de 1680 par 1050.