Alain Olivier


Par titre | Par auteur | Réverbération | Réflexion | Prise deux | Carnets d’écrivains | Recherche

Docteur en biologie végétale, Alain Olivier est professeur à l’Université Laval où il est titulaire de la Chaire en développement international et directeur du Groupe interdisciplinaire de recherche en agroforesterie. Il a publié deux récits, Voyage au Viêt Nam avec un voyou, Voyage au Mali sans chameau, et trois romans, Le chant des bélugas, Nuits d’Afrique, L’héritier de Darwin.




Alain Olivier, Neka, roman, collection « Réverbération », 2018, 140 p., 23 $. ISBN : 978-2-89763-050-8 (édition papier)• 978-2-89763-051-5 (édition numérique PDF).

« Un jour, ils virent approcher de grands voiliers. Des hommes en descendirent et vinrent à leur rencontre. Ils avaient des noms européens que l’on entend partout aujourd’hui. Les gens qui les accueillirent s’appelaient quant à eux… S’appelaient comment, déjà ? François ne parvient pas à s’en rappeler. Comment est-ce possible ? Comme si un homme pouvait oublier jusqu’au nom de sa propre mère !
C’est pourtant ce qui lui arrive. Il ne sait pas qui était sa mère.
Voilà ce qu’il doit confier à son fils. »

François, un lointain descendant des premiers Européens ayant conquis le Nouveau Monde, remonte le cours du temps jusqu’aux débuts de la colonie. Ce faisant, il prend conscience de l’importance de la présence autochtone, ainsi que de l’apport de nombreuses femmes issues des Premières Nations. En découvrant le destin de ces femmes fortes et généreuses que l’histoire s’est pourtant empressée d’oublier, François en vient peu à peu à se retrouver lui-même. Reste à savoir s’il pourra transmettre à son fils un héritage qui ne soit marqué ni par la honte ni par le déni.
Hommage aux Premières Nations et, en particulier, aux femmes, Neka (« maman » en langue innue) est un roman tout en nuances qui nous invite à nous réconcilier avec une part trop longtemps occultée de nous-mêmes.




Alain Olivier, L’héritier de Darwin, roman, collection « Réverbération », septembre 2016, 360 p., 33 $. ISBN : 978-2-89763-020-1 (édition papier) • 978-2-89763-021-8 (édition numérique PDF).

« […] la paternité ne se limitait pas à la procréation. J’oserais même dire qu’elle ne s’exprimait pas essentiellement dans la reproduction. J’appartenais d’abord et avant tout au genre humain, avec tout ce que cela impliquait de communauté d’existence et de destin. Dans ce contexte, l’héritage que j’avais à donner ne résidait pas uniquement dans mes gènes. Pour que notre espèce survive, il fallait offrir davantage qu’un petit coup de hanches de temps en temps. »

Quels enseignements faut-il tirer de l’œuvre de Darwin en ce qui a trait à l’évolution humaine ? La sélection naturelle y joue-t-elle le même rôle que chez nos cousins les animaux ? Au cours d’un voyage en Patagonie chilienne qui l’entraîne sur les traces du célèbre naturaliste anglais jusqu’à la Terre de Feu, un chercheur en biologie moléculaire fait la rencontre inattendue… de Charles Darwin lui-même. Et il découvre un héritage qui a bien peu à voir avec la loi du plus fort. La perception qu’il a de la finalité de son existence en sortira transformée.

Roman scientifique sur les origines de l’être humain et la théorie de l’évolution, biographie historique, quête philosophique, récit de voyage et chronique intimiste où le couple et ses enfants occupent une place prépondérante, L’héritier de Darwin nous entraîne dans un périple vers les sources de l’humanité qui ne peut que bouleverser notre vision du monde.








Site optimisé pour Safari 5.0, Firefox 5.0 et Explorer 9.0. Également optimisé pour une résolution de 1680 par 1050.