Claudine Potvin


Par titre | Par auteur | Réverbération | Réflexion | Prise deux | Carnets d’écrivains | Recherche

Professeure émérite de l’Université de l’Alberta et membre de la Société royale du Canada, Claudine Potvin a codirigé plusieurs ouvrages collectifs et publié une quarantaine de nouvelles dans diverses revues littéraires. Elle est aussi l’auteure de trois recueils de nouvelles — Détails, Pornographies, Tatouages —, d’un roman, Le sexe de Fidel, et d’un essai paru récemment, Clins d’oeil de la littérature au musée : femmes, art et écriture.




Claudine Potvin, Le sexe de Fidel, collection «Réverbération», février 2017, 180 p., 25 $. ISBN : 978-2-89763-044-7 (édition papier) • 978-2-89763-045-4 (édition numérique PDF).

« Fidel est décédé. Qu’adviendra-t-il de mon île ? L’homme, quant à lui, sera toujours à la fois objet de désir et de savoir pour le monde extérieur, et sujet lié à l’intériorité de l’île. Le mythe “Fidel”, mythe d’une “révolution permanente”, est contenu dans toute l’Amérique latine, et les mythes ne meurent jamais, quoiqu’on en pense à Miami. Ils s’amplifient, s’enrichissent, se modifient selon les besoins. On en fait ce qu’on veut. »

Exalté par la révolution naissante, un couple de Québécois, Louise et Marc, part en 1967 s’installer à Cuba pour un an où il vit diverses expériences dans un monde en complet bouleversement. Assez rapidement, les nombreuses rencontres débouchent sur une infidélité de Louise avec Pablo, et le couple ne survivra pas. Un deuxième séjour dans l’île ravive inutilement la passion antérieure et Louise revient à Montréal, d’où elle entretient une correspondance avec la mère de Pablo qui ranime constamment son expérience cubaine. Une quarantaine d’années plus tard, Louise retourne une dernière fois dans l’île pour y constater que…

Roman d’introspection et récit de voyage, Le sexe de Fidel constitue, d’une part, un commentaire sociopolitique sur une société en pleine transformation et sur une culture antillaise qui vient renverser tous les acquis. D’autre part, il raconte comment la protagoniste, lors de ses trois séjours là-bas, se trouve confrontée à ses convictions et à l’émergence de nouveaux désirs qui redéfiniront son identité.




Claudine Potvin, Tatouages, nouvelles, collection « Réverbération », septembre 2014, 134 p., 23 $. ISBN : 978-2-924186-58-9 (édition papier) • 978-2-924186-59-6 (édition numérique).

« Tout le monde me dit que je ressemble à Cher. Or, depuis ma dernière injection de Botox, ma bouche ne correspond plus à celle de Cher, ce qui m’angoisse profondément. J’ai déjà modifié le nez, éliminé quelques rides, effacé les taches brunes au laser, rajeuni la peau, augmenté puis diminué les seins, mais je n’arrive plus à reproduire le sourire figé de l’actrice. Les lèvres semblent plus épaisses et les joues moins gonflées. Toujours à partir d’une photo de la chanteuse, le chirurgien m’a promis que, cette fois-ci, j’atteindrais presque la perfection. Mais maintenant, la déprime m’envahit. Mon visage me plaît de moins en moins et je ne sais plus quoi corriger. »
(Extrait de la nouvelle « Lieux communs »)

Oscillant entre le passé et le présent, des êtres tatoués par la vie se racontent à travers les vingt nouvelles de Tatouages. Histoires de relations amoureuses, de voyages, d’exil, d’insomnies, de pertes, de passions, d’obsessions, de filiations, de mots, entre femmes, entre autres.




Claudine Potvin, Body Scan, nouvelles, collection « Réverbération », janvier 2019, 130 p., 23 $. ISBN : 978-2-89763-072-0 (édition papier) • 978-2-89763-073-7 (édition numérique PDF).

« La mère disait souvent, en riant, n’avoir que ses seins qui lui appartiennent véritablement. Aussi se faisait-elle une gloire de les afficher. D’une grosseur désarmante, ils se promenaient tels des projectiles, toujours prêts à fendre la lumière du jour et de la nuit. La fille croyait qu’ils avaient une âme, un souffle, et craignait de les voir s’animer au moindre sursaut. Il ne fallait pas les contredire, pensait-elle, car on ne savait jamais quelles vagues ils soulèveraient. »

Avec ce nouveau recueil de nouvelles, Claudine Potvin poursuit son exploration singulière des rapports entre les êtres et le corps comme interface avec le monde. Dans Body Scan, relation incestueuse, découverte des sens dans l’enfance, fascination obsessive, fugue d’adolescente, existences bouleversées par la maladie sont autant de représentations d’attouchements et de cicatrices, de passions et de performances, d’amours et de pertes. L’écriture précise et faussement détachée de l’auteure entraîne le lecteur dans des univers déroutants, mais toujours révélateurs de nos angoisses bien contemporaines.








Site optimisé pour Safari 5.0, Firefox 5.0 et Explorer 9.0. Également optimisé pour une résolution de 1680 par 1050.