65px
60px
Une estafette chez Artaudécrit par Tremblay Nicolas

Une estafette chez Artaud 

autogenèse littéraire

Nicolas Tremblay, Une estafette chez Artaud, autogenèse littéraire, collection « Réverbération », janvier 2012, 218 p., 25 $, ISBN : 978-2-923844-80-0 (édition papier) • 978-2-923844-81-7 (édition numérique).

 

Boxe, identité sexuelle, Artaud, usurpation

 

Une estafette, dans le monde de la boxe olympique, est le messager chargé de transmettre le résultat d’un combat à l’annonceur. Ce rôle avait incombé à Nicolas Tremblay dans sa prime adolescence, au moment où son identité sexuelle était encore ambiguë, telle celle du jeune empereur romain décadent Héliogabale. Mais qu’arrive-t-il lorsque le messager, alter ego de l’auteur, est un pasticheur qui se croit le créateur du message qu’il devait livrer ? Une histoire d’usurpation commence.

Ce roman raconte donc une traîtrise. Mais pas n’importe laquelle, car l’estafette a lu Antonin Artaud, auteur du célèbre Le théâtre et son double, poète fou et génial qui a été interné dans des asiles psychiatriques où il a subi de nombreux électrochocs. Au Québec, les descendants de l’estafette sont persuadés qu’Artaud, c’est Nicolas Tremblay, une sorte d’élu aux violentes prophéties.

Une estafette chez Artaud est un ouvrage qui mélange les genres littéraires, une autofiction pathétique qui intègre une biographie condensée d’Artaud ainsi qu’une présentation de son mythe. On y trouve une prose enlevante à laquelle s’ajoutent, ici et là, de la poésie et même du théâtre.

Le roman est illustré par le peintre et écrivain Sergio Kokis.

Auteur(s): 
Collection:  Réverbération
Répertoire des livres
50px